Maison de l'université - Esplanade Erasme - 21000 DIJON Master Espace Rural et Environnement - UFR des Sciences de la Terre et de l'Environnement - 6 Bd Gabriel - 21000 DIJON UFR des Sciences de la Terre et de l'Environnement - 6 Bd Gabriel - 21000 DIJON

OGM et recherche fondamentale

La recherche fondamentale en biologie consiste à comprendre le fonctionnement des organismes et des processus biologiques qui se déroulent dans les cellules. Le but est d'identifier les gènes auxquels correspondent les protéines et inversement.

Comment ?

Il existe deux grandes démarches :

fonction_geneAinsi, pour connaître la fonction correspondant à un gène préalablement identifié chez un organisme, le principe est d’isoler ce gène, le détruire, et le réinsérer détruit à la place du gène normal et d’observer quelle fonction disparait ou est modifiée.
Les biologistes se sont donc dotés des moyens nécessaires pour isoler les gènes, les découper en fragments, associer des fragments divers pour créer des nouveaux gènes et les réintégrer dans des cellules.

Quel est le lien avec les OGM ?

Pour permettre la manipulation du gène in vitro, il est nécessaire de l’avoir en grandes quantités. Pour cela, le gène est introduit dans des cellules bactériennes et chacune le reproduit en même temps que son ADN. On utilise des bactéries qui en se multipliant très vite (toutes les demi heures) produisent en peu de temps de grandes quantités du gène. Les gènes multipliés par les bactéries peuvent en être extraits.

Les bactéries utilisées pour produire ces gènes sont des OGM puisqu’elles contiennent de l’ADN qui leur est étranger. De même l’organisme (plante ou animal) dont on a remplacé le gène normal par un gène détruit est un OGM, puisque son information génétique a été modifiée de façon non naturelle.

Les deux OGM ainsi fabriqués sont des outils indispensables pour l'étude du fonctionnement des organismes.


Des questionnements ?

Comme tout OGM, ceux-ci peuvent néanmoins susciter des interrogations propres à ce domaine d’application :

Les "élevages" d'organismes transgéniques (bactéries) sont-ils suffisamment sécurisés et surveillés pour empêcher toute fuite à l'extérieur et contamination d'autres espèces ?

La législation actuelle, garantit la non dissémination des OGM. Les laboratoires qui produisent et utilisent ces OGM sont soumis à l'application rigoureuse de cette législation.

.

On est également en droit de se poser des questions d’ordre éthique même si la question n'est pas directement le fait des OGM:

Jusqu’où a-t-on le droit d’utiliser les animaux dans la recherche ?

La souris, animal de laboratoire dont le cycle de reproduction est très rapide, est le mammifère le plus "manipulé", notamment pour mimer des maladies humaines.

Haut de pageclin

Webmaster Contacts Plan du site