Maison de l'université - Esplanade Erasme - 21000 DIJON Master Espace Rural et Environnement - UFR des Sciences de la Terre et de l'Environnement - 6 Bd Gabriel - 21000 DIJON UFR des Sciences de la Terre et de l'Environnement - 6 Bd Gabriel - 21000 DIJON

OGM et Médecine

En médecine, les OGM sont utilisés d’une part pour fabriquer des modèles animaux à l’étude de maladies humaines, et d’autre part pour produire en grande quantité des molécules utiles que l'industrie pharmaceutique ne sait pas produire, telles que les hormones de croissance, l'insuline, des protéines allergènes ayant l’effet du vaccin...

Exemple de l’insuline :

insulineL’insuline est une hormone dont le rôle est de faire passer le sucre du sang dans les tissus, et dont une déficience provoque le diabète. Le gène humain codant la fabrication de l’insuline a été isolé et introduit dans des bactéries. Celles-ci sont capables, en raison de l’universalité du code génétique, de traduire ce gène et de produire l’insuline humaine. Elles sont cultivées à grande échelle par l'industrie pharmaceutique pour obtenir de grandes quantités d’insuline. L'hormone est ensuite extraite, purifiée puis injectée aux patients atteints d’une insuffisance en insuline.

En ce cas, on ingère le produit fabriqué par un OGM, et non l’OGM lui même ... qui est la bactérie !


Des questionnements ?

Comment les effets sanitaires des médicaments issus du génie génétique sont-ils décelés ?

  1. Des études épidémiologiques sont réalisées avant l'autorisation de mise sur le marché (AMM) comme pour tout médicament.
  2. santeFUne traçabilité est permise par le système de santé. Néanmoins, est-elle suffisante pour établir un lien entre un effet induit négatif et la molécule pharmaceutique ingérée ?

proteine_bacterieLa synthèse d’insuline humaine par des bactéries est considérée comme une des applications majeures et effectives du génie génétique. La production d'insuline en provenance de pancréas d'origine animale ne permettait pas de couvrir les besoins des malades.

Remarque : La production de protéines d’intérêt pharmaceutique par transgénèse est actuellement pratiquée en laboratoire, en espace confiné en utilisant essentiellement des microorganismes en fermenteurs, ce qui n'engendre aucun risque pour l'environnement.

On a aussi recours aux plantes et aux animaux :

proteine_planteLe concept de fabrication de molécules ayant des effets thérapeutiques par les MGM s’étend à d’autres organismes, dont les plantes.
En effet, un grand nombre de protéines doivent être modifiées après leur synthèse pour être fonctionnelles, et les microorganismes ne savent pas toujours les faire. Les plantes étant très souvent capables de réaliser ces modifications, elles sont une alternative aux micro-organismes transgéniques et sont utilisées comme usines de production.

De la même manière, des cellules d’insectes ou d’ovaires de hamster qui sont plus proches des cellules humainesil sont utilisées pour produire toujours en espace confiné et à grande échelle des molécules d’intérêt pharmaceutique.

D’autre part, ces modifications peuvent être réalisées in vitro après avoir extrait et purifié la protéine, comme c’est le cas pour l’insuline humaine qui subit des modifications in vitro avant d’être commercialisée pour les patients diabétiques.

D'autres perspectives pour la médecine

Des recherches portent sur la fabrication d’ALICAMENTS (aliments-médicaments) OGM ou issus d'OGM. Par exemple :

A noter également que la THERAPIE GENIQUE est à l’état de recherche. Elle consiste à transférer du matériel génétique dans les cellules d’un malade pour corriger l’absence ou la déficience d’un ou de plusieurs gènes qui provoque une maladie. Cette perspective est au delà du débat des OGM dont la définition exclut les êtres humains.

Enfin, des recherches portent sur la production d'organes par des animaux GM pour être greffés chez l’homme...

Haut de pageclin

Webmaster Contacts Plan du site